dimanche 19 juillet 2015

Roman, " Kaïla " partie 1

KAÏLA


TOME 1
Identité

    • Je le crois pas ! Adam a vraiment le don d'être pote avec les mecs les plus canons du lycée ! En plus, il les amène toujours sous mon nez en sachant qu'ils m'ignorent totalement... Quel enfoiré ! On dirait qu'il le fait exprès!

Cher journal,
mon grand frère est soit un idiot dépourvu d'empathie, soit un sadique de première catégorie!Il est encore rentré du lycée avec ses potes super sexy, et comme d'hab', ils font les cons juste sous ma fenêtre... sans remarquer que je les observe bien entendu. Je reste assise comme tous les jours dans cet encadrement qui délimite ma cage dorée du ciel immense qui me tend les bras. Oui bon d'accord je suis trop fleur bleue et toujours dans mes rêves, mais ce n'est pas çà qui me rend invisible à leurs yeux ; c'est juste qu'ils ont 17 ans, et que leurs corps de dieux grecs bourrés d'hormones ne vibrent pas pour les petites sœurs de 11 ans mal dans leur peau et relativement insociables.
De toute façon, je pourrais bien être pleine d'humour et de répartie, j'aurai toujours un corps de limace flasque, plate là où ils veulent des formes à caresser, et le ventre arrondi de sucreries là où ils rêvent d'abdos bien fermes. Je n'ai rien d'un mannequin, de ces morceaux de viande appétissante, moulés dans des bouts de chiffon ridiculement petits, comme on en voit partout ; des magazines people aux émissions de télé réalité, en passant par des jeux de guerre virtuels à la con et des pubs en tous genres. A croire qu'on peut faire acheter n'importe quoi à un homme, du moment que sa mémoire a associé l'image du produit à celle d'une nymphe nymphomane ! Non mais sans déconner, même les voitures se transforment en blonde platine, moulée de latex, et demandant à se faire inspecter par le garagiste... non mais on va où là ?
Enfin bref, j'en ai marre d'être une gamine trop mûre pour mon âge, je veux grandir et vite, pour ne plus faire partie du décor !

    • «  Amy ! Descends mettre la table, et en vitesse ! »
Maman, mais quand cesseras-tu de hurler ?
    • «  AMY ! »
    • «  Oui!J'arrive ! »
Pfff, les corvées c'est toujours pour les mêmes ! Et Adam lui, il s'amuse bien tranquillement pendant ce temps ! C'est à croire qu'elle me prends pour sa bonniche !
    • «  J'peux t'aider mimi ? »
    • «  Ah Jeff ! Oui tu tombe bien ! Merci. »
    • «  Avec plaisir mademoiselle. »
Quel sourire Jeff ! Ah, lui il a vraiment le don de me faire oublier tous mes soucis... C'est à croire qu'on les a échangés Adam et lui à la naissance tellement il est gentil et protecteur avec moi. Un vrai grand frère !

- « Amy, tu n'as pas honte de faire faire ton boulot par un invité ? »
- « C'est moi qui lui ai proposé mon aide madame ; Amy ne m'a rien demandé ; et puis je fais çà tout le temps chez moi. »
    • « Oui, bon, c'est gentil à toi Jeff .»
AH AH t'es mouchée hein maman ? Ah Jeff, si seulement tu pouvais m'emmener loin d'ici, la vie serait certainement beaucoup plus facile avec toi...
Mais à peine je me prends à rêver d'un peu de douceur qu'une voix blessante bien connue se fait entendre :
    • « Eh la naine, t'as pas autre chose à te mettre que ces t-shirt débiles ? »
    • « Tu ne dirais pas que c'est débile si t'avais un vrai loup devant toi crétin ! Tu ferais moins ton malin ! »
    • « Amy ! C'est une façon de parler à ton frère devant ses amis ? »
    • « Mais maman, c'est lui qui a commencé ! »
    • « AMY ! »
Putain c'est pas vrai ! Elle me fait bouillir à m'engueuler toujours pour rien, sans jamais rien lui dire à lui ! Il vaut mieux que je me barre avant que çà n'explose !
Mais à peine ai-je franchi la porte que je l'entends crier :
- « Amy reviens ici et cesse tes caprices ! Attends un peu que ton père soit rentré ! AMY ! »
Rien à foutre ! Au moins en attendant je serai bien tranquille !Combien de fois déjà ai-je fuis la maison en espérant que çà règle tous mes problèmes ? Si seulement tout çà pouvait changer... je ne sais pas moi, qu'on découvre que je ne fais pas vraiment partie de cette famille de fous et qu'on m'emmène loin, là où je serai traitée avec amour et attention... comme un enfant normal, comme un enfant aimé.

Le long de ce chemin de terre au cœur de la nature, j'ai l'impression de pouvoir tout oublier et de me remplir d'une énergie nouvelle. Accompagnés par le chant des grillons qui peuplent les bordures herbeuses, et le bruit du ruisseau qui file dans la même direction que moi, à quelques mètres de là à l'intérieur du sous-bois, mes pas semblent me mener tout droit vers le soleil qui se couche tendrement au bout de l'horizon, baigné d'une douce lumière rose et de nuages de coton. Comme j'aimerais me blottir dans cette lumière et effacer de mon esprit tout ce qui me fait mal ; les cris de maman, l'injustice avec laquelle elle me traite, les reproches qu'elle fait à papa, et Adam qui n'en fini jamais de me chambrer... Sans compter l'horreur de cette école obligatoire où on nous jette chaque jour, comme une jungle où règne la loi du plus fort... Je n'ai aucun refuge, aucun endroit où me sentir à ma place, en dehors de cette nature... sans aucun être humain !
- « AMY ! »
- « Jeff ? »
- « Mimi, je suis désolé, c'est trop bête... que tu sois obligée de t'enfuir de chez toi comme çà... »
- « Oh, tu n'as pas à être désolé tu sais... ce n'est pas la première fois... » Merde ! Les larmes me montent aux yeux ! Non, pas devant lui !
- « Mimi... »
Oh non Jeff, ne me prends pas dans tes bras... Je vais...
- « Pleure... çà te fera du bien... »
Je m'agrippe à lui de toutes mes forces comme si j'avais peur de m'effondrer, et mes larmes inondent mes joues comme jamais elles ne l'avaient fait auparavant.
- « Jeff... »
- « Je sais mimi, je sais... tout çà ce n'est pas de ta faute, tu n'y es pour rien. Aucun enfant ne devrait avoir à se sentir étranger à sa propre maison. »
Comment sait-il ? Comment fait-il pour toujours trouver les mots justes ? On dirait qu'il lit en moi comme dans un livre ouvert... et qu'il n'est là que pour moi. Oui, rien que pour moi, pour me rassurer et apaiser mes peines... Ah, cette pensée me calme peu à peu, et je desserre mon étreinte pendant que mes yeux clos s'assèchent.

dimanche 12 juillet 2015

Documentaire: LES MOISSONS DU FUTUR






Peut-on nourrir les milliards de Terriens avec une agriculture plus écologique et sans engrais chimiques? Après des enquêtes à charge sur Monsato ou les pesticides, la journaliste militante Marie-Monique Robin a parcouru les continents pour témoigner des réussites de l'agroécologie. - Lionel Bonaventure afp.com

Pour en savoir plus cliquez   ICI


Documentaire: NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT


"Dans ce film documentaire datant de 2008, Jean-Paul Jaud nous propose d’aller voir ce qui se passe dans le petit village de Barjac, dans le Gard. Le maire avait pris l’initiative de convertir la cantine municipale au BIO."

Pour en savoir plus cliquez  ICI 

Video : Documentaire L'EDUCATION INTERDITE

« On éduque pour la concurrence, et la concurrence est le principe de toutes les guerres ! »

Pour plus d'info, lisez l'article de Sott.net en cliquant    ICI

Le bonheur n'est pas si loin...